Théorie : thérapie online

Il y a quelque chose d’outrageusement thérapeutique dans l’internet mondial. Je fais partie de ceux qui, lorsqu’ils rencontrent un quelconque souci, se jettent sur leur ordinateur pour chercher la solution sur internet – car si elle existe THERE’S PORN ON IT, sûrement qu’elle se trouve à portée de clic quelque part sur la toile.

Bon évidemment cette théorie est évidemment fausse dans pas mal de cas, que je ne vais pas détailler ici. Mais dans d’autres, internet permet souvent de relativiser et d’amener des pistes de réflexion auxquelles seul on n’aurait pas pensé.

Partir sur une île lointaine doit être sûrement thérapeutique, également.

Partir sur une île lointaine doit être sûrement thérapeutique, également.

Tout le monde connaît les forums Doctissimo (ou forum hardware pour les populations mâle ou geek).
Dans ma grande mansuétude, voici quelques enseignements que j’en ai tiré :
- IF IT’S ON THE NET, THERE’S PORN ON IT
- La proportion de cons/débiles/trolls en ces lieux est sensiblement proche de la réalité
- Ces forums donnent une version biaisée de la vie, selon la nature de la population qui fréquente lesdits forums
- Il est possible d’entendre tout ce qu’on souhaite entendre en sélectionnant attentivement le bon fil de discussion
- Si vous êtes un cas désespéré, on vous dira sûrement d’aller consulter

Une autre vertu (ou tare, choisissez votre camps comme on dit), c’est bien sûr l’impression d’anonymat que nous procure internet. Ok, on peut tracer votre IP, si vous surfez au boulot votre employeur peut facilement vous retrouver, le FBI/CSA/Rayez mention inutile peut aller lire vos posts les plus scandaleux (mais légaux, je précise, légaux)…

Mais la plupart du tout, vous n’être qu’un grain de sable parmi tant d’autres. La plupart des internautes ne sont ni bloggeurs-stars, ni stars tout court.

Donc je le répète, internet est outrageusement thérapeutique. Quelle facilité de créer un blog, un fil de discussion dans un forum, de taper tout ce que l’on a sur le cœur et de le laisser moisir à la vue de tous, public mais totalement anonyme à la fois… Des gens qui vous liront il y en aura, des gens qui se manifesteront peut-être moins. Vous vous ferez insulter, peut-être consoler, vous collecterez peut-être même des conseils !

Mais au moins, en dépit de tout, vous vous serez exprimés. Et pouvoir s’exprimer, pour le coup c’est thérapeutique.

J’ai testé : voyager en train couchette

Ce week-end, je suis partie au ski. Nous avions décidé de ne poser que notre vendredi pour ne pas liquider nos soldes de congés. Nous pensions que ce serait court, étant donné qu’il y a minimum 5 heures de train, mais finalement, en recherchant des billets, nous sommes tombés sur une façon un peu plus exotique de voyager : le train couchette.

Les Alpes

Ah la montagne, qu’est ce qu’on ferait par pour y aller

Voyager de nuit en train couchette, c’est l’aventuuuure !

Pour notre destination, nous avions la chance d’avoir la possibilité de prendre l’INTERCITES de nuit pour Saint Gervais (notre destination). Cela nous faisait partir à 23h12 pour une arrivée sur place à 8h45… Avec la carte jeune de la SNCF, j’en ai eu pour 55€ pour un aller simple : voyage + hotel, c’est plutôt économique.
De plus, en ce qui me concerne, l’arrivée à Saint Gervais à 8h45 est tip-top : le temps de poser ses bagages, de prendre un petit déjeuner, et direction les pistes ! Sachant que les premiers arrêts commencent vers 6h du mat -> moi débarquer d’un train à 6h du mat’, j’aurais été un zombie.

Dormir dans un train, une expérience fort bizarre mais sympathique

Avant le départ, j’ai regardé un peu sur internet, et les avis sont relativement unanimes : c’est inconfortable, trop chaud en été, trop froid en hiver, niveau sécurité c’est moyen, etc…
Je ne peux pas vraiment dire sur les autres lignes, mais en tout cas dans le Paris / St Gervais à cette époque de l’année, le train est bondé de parisiens partant au ski… donc beaucoup de jeunes, de moins jeunes, mais tous d’assez bonne humeur à l’idée de partir en vacances, l’ambiance est plutôt bonne !

(suite…)

1 2 3 7